Posts tagged facebook

Facebook à l’école

Holly Pouquet, sur Slate.fr, fait référence et traduit un article de Nicolas Bramble consacré la question suivante : Faut-il faire rentrer Facebook à l’école... soit l’utiliser avec les élèves dans le cadre des activités scolaire…

Vaste question…

L’article vaut autant pour les questions qu’ils soulèvent que pour les commentaires qui le suivent. En effet, Nicolas Bramble constate que Facebook fait partie intégrante de la vie des élèves à tel point qu’ils se mettent en scène sur le territoire de l’école et publie ce contenu sur le web. Ainsi, pose-t-il la question de savoir s’il ne faudrait pas tout bonnement utiliser les outils avec lesquels les élèves sont familiers dans le cadre des cours et des parcours éducatifs?

Comme le dit un de me collègue (merci Gabriel?), pourquoi l’école devrait ignorer ces nouvelles technologies et se couper de la réalité des enfants et adolescents d’aujourd’hui? Est-ce que l’école est vraiment là pour s’approprier les tendances et s’en servir pour passer son message et transmettre le savoir?

Si j’en crois les commentaires qui suivent l’article, comme je l’évoquais dans mon précédent post, nous nous retrouvons confronté à une question de territoires… Est-ce que l’école doit systématiquement tout adapter à l’enseignement ou est-ce que, d’utiliser Facebook à l’école, c’est s’immiscer dans la « vie privée » (voir commentaires d’un internaute) des élèves?

La question se pose aussi pour les téléphones portables, comme évoqué dans un précédent post

>> voir aussi, The Twitter Experiment à l’université de Dallas :

Publicités

Leave a comment »

Vie privée et protection des données

Plusieurs articles consacrés plus ou moins à la même thématique ont croisé mon horizon numérique dernièrement, ce qui contribue à me convaincre que le web permet de développer une réelle intelligence collective… instantanée!

Tout d’abord, Stephanie Booth évoque la problématique de la publication de données personnelles sur Facebook et le paramétrage des réglages de la confidentialité pour ses utilisateurs. Cela n’a pas échappé à plusieurs utilisateurs assidus de cette plateforme, les changements récents induisent une visibilité plus grandes de nos infos persos pour autant que nous ayons suivi les recommandations de Facebook en la matière. Enfin, comme l’écrit Stéphanie, ça a le mérite de clarifier les choses : quand on publie qqch sur internet… c’est inévitablement plus ou moins publique!

Jean-Jacques Manach développe cette idée en y ajoutant un aspect générationnel. Pour lui, la gestion de ses données privées (je fais court…) tient plutôt de la crispation (chez les « vieux cons ») ou de la mise en scène en fonction des publics auxquels on souhaite communiquer (chez les « petits/jeunes cons »). Je trouve cette comparaison magnifiquement développée et illustrée de manière extrêmement intéressante dans la mesure où elle fait la part belle à la capacité des « millenials », nés avec les réseaux sociaux, à adapter leur communication à leurs auditoires/lecteurs et à pratiquer une mise en scène finalement assez consciente, malgré ce que veulent croire les « vieux cons » qui cherchent à protéger notre jeunesse. Cette mise en scène utilise tous les moyens à disposition offerts par le web, comme le montre le « Social Radar top 50 Social Brands of 2009 » qui mesure les marques dont la présence sur le web fait l’objet de plus de volume de conversations online.

Seul bémols, quand les « petits cons » en auront marre que les « vieux cons » viennent chasser sur leur terre (Facebook note une augmentation significative de ses membres de plus de 55 ans!), ils trouveront d’autres territoires à explorer :-)

Comments (3) »

Think before exposing your face(book)

Well, 300 millions users … this is a global phenomenon! Facebook, from time to time raises concerns about privacy and this is probably legitimate since privacy settings are changing…

But, Tobias Verhoog in his dec. 4th post (The Top 4 Risks You Face When You Use Facebook) reminds us that privacy is mostly a user’s problem!

Most users are having trouble with their Facebook profile being used against themselves because they’re not aware enough of who can read infos on their page…

In Tobias Verhoog’s post, the first example is quite relevant in that respect :-) Besides, listing 4 top risks makes it easy for most of us to handle it… Come on, four obvious steps to continue surfing on Facebook and surviving to it… That worth the reading!

Leave a comment »

Droit à l’oubli numérique

Social Networking ImageJeudi 12 novembre dernier, « secrétaire d’Etat à l’Economie numérique, Nathalie Kosciusko-Morizet, a lancé jeudi une consultation nationale sur le droit à l’oubli numérique permettant de mieux contrôler les traces laissées sur internet. » (Reuters)… Bel effort…

Sauf si l’on considère qu’une charte n’aura concrètement qu’un effet incitatif et non contraignant pour permettre de mettre en oeuvre ces voeux pieux!

En même temps, LinkedIn annonce fièrement 50 millions d’utilisateurs professionnels publiant des informations sur leur page … ou Facebook qui a passé le cap des 300 millions dont 50%, tout de même, selon les statistiques de Facebook, se loggent sur leur compte chaque jour!

Je me demande à nouveau si les instances politiques ne sont pas en retard d’une guerre… il paraît en effet difficile de lutter « à l’insu de leur plein gré » contre la volonté des utilisateurs de publier en masse des informations personnelles sur leur profil Facebook ou LinkedIn par exemple…

Il est clair que, souvent, la notion de permanence de l’information publiée sur le web échappe aux jeunes utilisateurs qui upload des photos d’eux dans des postures improbables… Allez leur parler des techniques de recherches de leurs futurs employeurs… En même temps, ne sont-ce pas ces mêmes utilisateurs qui sont les recruteurs de demain… Ne vous sera-t-il pas reproché de n’avoir aucune présence « fun » sur Facebook? Qui sait… nous pourrions alors demander une charte du droit à n’être pas « à poil sur le web »!

Par chance, Archimag vous rassure en affirmant que « les réseaux sociaux c’est du sérieux« … OUF, on l’a échappé belle!

Leave a comment »

Big brother is googling you!

Après un été chaud à tout point de vue (boulot et canicule), me voici enfin de retour aux affaires pour un petit commentaire sur les derniers développements du cas « Google Street View » en Suisse.

google_streetviewEn effet, ce service est désormais disponible pour la Suisse et nous nous sommes précipités avec entrain sur la vue googlisée de nos rues favorites pour y reconnaître parfois des visages floutés mais néanmoins familiers. Mais, heureusement, les Suisses sont attentifs et ont rapidement alertés le Préposé Fédéral à la Protection des Données… Tous les visages et toutes les plaques de voitures ne sont pas floutées!!! Il est donc possible de reconnaîtres des individus qui auraient malencontreusement croisés la voiture Google au moment de la saisie des images! Notre préposé a donc réagit est sommé Google de corriger le tir. Si ce dernier n’optempère pas rapidement, il risque de ce voir contraint de retirer ce service pour la Suisse…

Une fois passé le moment sympa de se ballader virtuellement dans les rues de nos contrées, il faut reconnaître que Google Street View pose quelques problèmes de gestion des données et de respect de la vie privée, comme le décrit la page de la confédération consacrée à cette problématique. On y apprend notamment que Google conserve toutes les données brutes (non floutées) sans avoir actuellement fixé un délai à leur destruction… Si j’avais été pris en photo sortant de ce bouge infâme dans un quartier interlope (là j’ai sorti mon dictionnaire…) que je fréquente parfois (en fait, je parle du petit bistrot sympa que je fréquente parfois), eeh ben, ça en ficherait un coup à mon image propre et lisse ;-). Bref, plusieurs centaines de Suisse se sont émus de se retrouver reconnaissables sur le web… sans leur accord… et je le comprend !

Mais quand-même… je m’interroge… J’espère que, parmi ceux qui ont saisi notre préposé à la protection des données, aucun ne se trouve sur Facebook ou Twitter… Parce que là, il y a pas photo (en fait oui… il y a photos)… flouté sur Google Street View ou « à poil » sur Facebook (« parti mangé une pizza à 14h00 », « heureux de se retrouver au lit après une journée de travail épuisante à me faire ch. avec mon chef », « envisage de me taper la voisine »… j’en passe et des meilleures….), j’ai choisi mon camp : je ne sors plus de chez moi et je débranche l’ordinateur!

>> Pour en savoir plus sur ce qui attend notre préposé à la protection des données… lorsqu’il s’attaquera à Facebook…

Leave a comment »

Facebook maturing trends

It’s getting clearer every day, Facebook is going through an inevitable maturing process.

Oh yes, and I don’t mean getting more mature because of its five-year presence on the web, but it seems that an older generation is taking over the most popular social network among teenagers and students, so far…

An iStrategylabs survey shows that the 35-54 generations (X and Y if I remember well) is istrategylabssteadily increasing among Facebook users (2009 Facebook Demographics and Statistics Report: 276% Growth in 35-54 Year Old Users – by Peter Corbett, CEO of iStrategyLabs). Here are some facts :

1) The 35-54 year old demo is growing fastest, with a 276.4% growth rate in over the approximate 6 months since we last produced this report
2) The 55+ demo is not far behind with a 194.3% growth rate
3) The 25-34 year population on Facebook is doubling every 6 months
6) There are more females (55.7%) than males (42.2%) on Facebook – 2.2% are of unknown gender.
7) The largest demographic concentration remains the college crowd of 18-24 year olds (40.8%) which is down from (53.8%) six months ago.

Take away? Parents and professionals are rapidly adopting Facebook. Should a marketer be concerned about this shift if they’re focused on youth marketing?

Facebook’s audience is reajusting to take into account the fact that older generations are trying to catch up on generational technology gap. In Time magazine, Lev Grossman is explaining Why Facebook Is for Old Fogies. Among the ten reasons, I completely agree with the following… being part of these users myself :oldies_facebook

1. Facebook is about finding people you’ve lost track of.
2. We’re no longer bitter about high school.
3. We never get drunk at parties and get photographed holding beer bottles in suggestive positions.
4. Facebook isn’t just a social network; it’s a business network. And unlike, say, college students, we actually have jobs.
5. We’re lazy. We have jobs and children and houses and substance-abuse problems to deal with. At our age, we don’t want to do anything. What we want is to hear about other people doing things and then judge them for it. Which is what news feeds are for.
6. We’re old enough that pictures from grade school or summer camp look nothing like us. These days, the only way to identify us is with Facebook tags. […]

oh_crap_facebookBut this new phenomenon may change the way younger users manage their profile on Facebook … To have an idea of what can happen (it happened to me by the way :-), take a look at « Oh Crap. My Parents Joined Facebook » !

Leave a comment »

Social media is alive and kicking!

As Simple Minds put it, social media is alive and kicking.

wls-chart1

On Techcrunch, Erick Schonfeld‘s comment on ComScore worldwide traffic stats from Sept. 2007 to Nov. 2008 is giving a good idea of social media’s rise.

If Facebook’s number of total unique visitors is always on the rise (not really surprising…), blogging plateforms like wordpress and Blogger are doing well. But more relevant in my opinion is the persistent presence of websites like Flickr, MySpace or Scribd (see Scribd stats for 2007-2008) in this top 20. Indeed, more people throughout the world are willing to share documents, pictures, videos, presentations (slideshare…) freely online, the web becoming a giant collaborative wiki.

This looks quite exciting isn’t it ? … and this wasn’t really pointed out in the 2009 web trends so far…

Comments (3) »

%d blogueurs aiment cette page :