Histoire Vivante – Médias et journalisme (un ancien métier, de nouveaux paysages)

Cette semaine, Histoire Vivante, l’émission de la Radio Suisse Romande consacrée à des sujets d’histoire ou d’actualité, traite des médias et du journalisme dans la perspective de la diffusion du reportage sur Ruppert Murdoch dimanche 24 février 2008.

On y retrouve notamment Pierre Servent, journaliste indépendant, suite à la publication de son livre « la trahison des médias ».

Avant de rédiger quelques posts sur cette série d’émission, j’ai extrait quelques citations qui sont utilisées en préambule de l’émission radio et je les livre en vrac:

« une information ne vaut que par le contexte social de sa réception et, de ce point de vue là, c’est le contexte qui va définir la valeur », Jean-François Fogel

« Je pense que pour être journaliste, il faut avoir une culture énorme ! Parce que le seul problème du journaliste dans son métier c’est qu’il ne résiste pas à l’interlocuteur d’en face. »

L’émission du 18 février est consacrée à Pierre Servent :

La trahison des médias – Pierre Servent :

Qui trahit qui ?
« actuellement le coeur du système médiatique est centré sur du zapping, de l’émotionel, du compassionel, du lacrymal, plutôt que sur l’apport de sens, de connaissance et d’éclairage. Il y a trahison parce que nous sommes à une époque où tout est à reconstruire, à inventer. »
« Par exemple, dans la campagne américaine, Hillary Clinton retrouve la Une parce qu’elle a pleuré ! C’est totalement anecdotique mais cela démontre cette hypersensibilité émotionelle de la presse -> titré Les larmes d’Hillary Clinton. »

A quoi sert un journaliste ?
« ça sert à apporter des informations et des éclairages… mais surtout du SENS pour conduire le citoyen à devenir un acteur plus dynamique de la démocratie. »

La hiérarchie de l’information ?
« Est-ce que dès que c’est émotionnel et compassionel, on doit le mettre en avant ou doit-on donner un aperçu de l’ensemble ? »

« On nous oblige à regarder l’actualité par un trou de serrure, sous l’angle émotionel et ça ne sert pas la démocratie »

« Les journalistes ont crétinisé les politiques en les encourageant à verser dans une démocratie lacrimale pour obtenir la sympathie des Français. Cela a pour conséquence de vider la démocratie de son contenu »

« Actuellement, le citoyen doit faire l’effort de s’informer, de sélectionner les sources différentes de diffusion d’information. Allumer sa télévision ou lire la presse quotidienne ne suffit simplement plus. Un citoyen actif est un citoyen qui s’informe. »

>> voir aussi le post consacré à l’émission Médialogue qui a également reçu Pierre Servent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :